La musique dite commerciale réserve parfois des surprises.  Il y a quelques mois je tombe sur le clip Human de ce grand et corpulent barbu. Je me dis qu’il a un truc et que ça va cartonner mais qu’il est en dedans. 

Oui, j’ai cette impression de profondeur dans la voix, de puissance contenue et ça me dérange. Mais Bingo, ça cartonne et je me décide à écouter son album et regarder sa chaîne youtube. Je tombe sur un autre titre: Hard came the rain

Et là je me dis que c’est vraiment bon. Je retrouve bien ce que j’avais senti dans son hit, à savoir une voix plus bluesy, s’adaptant autant au rock qu’à la soul ou à cette sorte de pop-hiphop encore trop édulcorée à mon gout. Mais coté album, alors? Déjà je ne comprends pas l’absence du titre ci dessus qui fait l’objet d’un EP. Mais je me dis qu’il risque d’être victime du syndrome Adèle: beaucoup de talent mais des albums mous et consensuels qui cherchent à bouffer à tous les rateliers, à force d’être formatés par des marketeux sans culture sortis d’écoles de commerce.

Je ne dis pas que tout est à jeter, mais je me suis quand même bien ennuyé, eut égard au potentiel de ce type, ancien aide soignant ou barman. Son problème est qu’il a des racines blues tout autant que hip-hop. Mais il oublie trop les possibilités de ce métissage. Il n’a pourtant cessé de faire de la musique depuis son adolescence et de faire son trou, patiemment. On le catalogue plus en chanteur de Soul, de cette newsoul britannique qui cartonne, mais j’ai peur qu’il reste enfermé dans cette seule possibilité. Et par rapport à de purs soulmen, il reste trop timide dans son chant, ce qui est la faute d’une production aseptisée, comme je l’avais regretté aussi dans les reprises de Seal, par exemple. Le succès du titre Human prouve justement qu’il peut trouver une voie intéressante en mettant du hip-hop et du blues dans ses titres. A trop rester dans de la pop ou de la soul, je trouve qu’il se gâche, justement comme le dernier Adèle qui est une catastrophe. Il serait dommage qu’il soit encore un One-shot pour cette industrie du disque qui jette si vite les artistes.

Oui, d’habitude je ne chronique pas ce que je n’aime pas. Mais si je n’ai pas forcément aimé l’album, j’ai aimé le chanteur. A lui maintenant de faire le reste pour le prochain album, s’il parvient à s’imposer.

Publicités